notre élevage
Liens
Faire garder son chien
Accessoires pour votre chiot
Alimentation du chiot

notre élevage
L'acquisition d'un chiot
L'arrivée de votre chiot
Faire confirmer son chien
Assurance pour chiens

notre élevage
Ses origines
Le standard
Le comportement
La santé
L'alimentation du York


notre élevage
Ses origines
Le standard
Le comportement
La santé


notre élevage
Ses origines
Le standard
Le comportement
La santé

notre élevage
Ses origines
Le standard
Le comportement
La santé

notre élevage
Le dobermann

L'alimentation du chiot

L'aliment par excellence du chiot est sans conteste le lait maternel. Or, dans certains cas, l'allaitement est impossible, et il faut alors chercher un autre mode d'alimentation.

C'est ainsi que, pour des portées trop importantes, quelques chiots doivent être retirés assez tôt de la mère. Plus rares sont les cas où une chienne ne peut nourrir ses chiots. Parfois il s'agit de jeunes chiots de quelques jours à peine que l'on doit obligatoirement nourrir au biberon.

Pour la période allant de la naissance au sevrage, plusieurs méthodes peuvent être envisagées.

Allaitement naturel

C'est de loin le meilleur, encore faut-il que la mère produise une quantité de lait suffisante. Elle doit être bien portante et surtout bien nourrie.

Une portée, même assez importante, peut parfaitement être élevée par le seul lait maternel, la réglementation des tétées étant laissée au soin de la mère. L'étude du comportement de la chienne et des jeunes chiots donnera des indications sur la bonne marche de la lactation : quiétude des petits, bonne augmentation du poids (courbe de croissance régulière), maintien de l'état d'embonpoint de la mère.

Au début de la tétée, tous les chiots effectuent un véritable massage de la mamelle avec leurs membres antérieurs. Ce massage a pour effet de favoriser le déclenchement de la sécrétion lactée. Une fois le lait « lâché » par la mère, les petits tètent avidement, sans remuer les membres. Ils recommenceront quelquefois la manœuvre, mais seront vite rassasiés.

Si la mère n'a pas assez de lait, les jeunes ne cessent de faire leur gymnastique, attestation d'une production insuffisante. Il y a donc lieu de pourvoir aux besoins des jeunes par une alimentation supplémentaire.

L'allaitement naturel réalisé par la mère peut se faire aussi par une mère adoptive à qui, lors de la mise bas, on a enlevé ses propres chiots.

L'adoption de ces nourrissons étrangers ne pose en général pas de problème.

Souvent les chiennes font même de fausses gestations, appelées couramment « gestations nerveuses », avec tous les signes cliniques de la gestation : développement de l'abdomen et des mamelles, et, à la date supposée de la mise bas, montée laiteuse suivie d'une lactation normale.

Ces femelles peuvent être utilisées comme nourrices.

Allaitement artificiel

Pour les chiots qui ne peuvent être allaités, on peut utiliser du lait d'une autre espèce, à condition de prendre soin d'en modifier la composition pour la rendre aussi proche que possible de celle du lait de chienne. Il existe également des laits synthétiques dont la base est toujours le lait de vache entier, qu'il soit liquide ou desséché.

Le lait de vache est beaucoup moins riche que le lait de chienne. Les différences portent notamment sur les matières minérales, les graisses et aussi les protides.

En ce qui concerne ces dernières, il faut noter que le lait de chienne est surtout albumineux, alors que le lait de vache est caséineux. Il s'ensuit de notables différences dans la texture même du caillé au niveau de l'estomac. Celui de lait de vache est compact ; celui de lait de chienne est fluide. La digestibilité du lait de vache est donc bien moindre que celle du lait de chienne. Il y a déjà là un facteur important, qui va à l'encontre du lait de vache comme aliment exclusif du jeune chien. Par ailleurs, le lait de vache est riche en lactose; ce lactose fermente dans l'intestin du chien. Or, les jeunes chiots sont sensibles à l'acide lactique, et l'emploi inconsidéré du lait de vache peut avoir pour conséquence l'apparition de troubles intestinaux, surtout des entérites.

Il faut donc admettre que le lait de vache n'est pas sans danger pour le tout jeune chien du point de vue pathologique et qu'il ne correspond pas à la formule type du lait normal de chienne.

© 2009 à 2016 - tous droits réservés